AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

lydia ; you can scream

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

La jeune fille qui criait "au loup"

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 146


MessageSujet: lydia ; you can scream Jeu 31 Aoû - 21:39


lydia martin
ft. holland roden
↘️ carte d'identité
Je me présente, je me nomme lydia martin, et j'ai vingt ans. Je viens tout droit des Etats-Unis, de Beacon Hills pour être précise et, dans la vie, je suis étudiante. Je suis arrivé ici depuis un mois et je m'y plais bien. Je suis hétérosexuelle et actuellement célibataire. Je finirais par vous dire que je suis dans le groupe intitulé topaze. Maintenant, vous en savez un peu plus sur moi.

↘️ caractère
Intelligente, je cache sous mes aires d’étudiante à la plastique attirante, un quotient intellectuel au-dessus de la normal. Il est vrai que j’ai des facilités là où d’autres peuvent avoir des lacunes. Malgré tout mon côté vaniteux me force souvent à jouer les filles un peu naise pour la simple et bonne raison que, selon les codes de notre société -à laquelle je n’adhère pas mais je m’adapte-, les intellectuelles n’ont pas leur place dans l’élite. Cependant, même si je fais preuve d’une grande capacités d’adaptabilité, je dispose d’une franchise bien aiguisée qui peut en agacer plus d’un. Parfois, j’essaie de faire preuve de ménagement mais je dois admettre que je m’emporte assez rapidement en fonction des situations. Distinguée, je fais attention de conservé mon image de fille modèle mais encore une fois, mon visage expressif trahit bien souvent le fond de ma pensée, peu importe les efforts que je fais. Têtue, je supporte difficilement que l’on m’impose les choses, si j’accepte de suivre une certaine ligne de conduite j’aime avoir une infime sensation de contrôle sans cela je me sens rapidement angoissée. Sans oublié que je suis quelqu'un de confiante, peu importe la situation je sais toujours m'en tirer la tête haute.

↘️ racontes moi ton univers
Je suis née et j’ai toujours vécue à Beacon Hills, aux Etats-Unis. Jusqu’à mes dix-huit ans ma ville natale me semblait être une ville comme on en voit beaucoup. Mais après mon dix-huitième anniversaire, les choses ont pris une toute autre tournure. Il se trouve que Beacon Hills est ce que l’on appelle une ville balise. Plus simplement, il s’agit d’un lieu où la vie surnaturelle est dense. Il se trouve que les créatures sont attirées à Beacon Hills comme les métaux le sont aux aimants. D’apparences Beacon Hills est une ville classique, entourée, comme son nom l’indique, de collines rendant le comté plus ou moins isolé. Et bien évidemment, n’oublions pas ses étendues de forêts à perte de vue, un lieu rempli de mystère et d’énergie surnaturelle. Du moins, c’est comme ça que j’ai laissé ma ville natale …
derrière l'écran
pseudo | prénom
Quel âge as-tu ? 24 ans Comment es-tu arrivé jusqu'à nous ? par un topsite, je ne sais plus lequel. Comment trouves-tu notre forum ? il est vraiment chouette et j'apprécie la liberté qu'il propose de part son mélange d'univers. A quelle fréquence penses-tu nous rendre visite ? je passerais un peu tout les jours sauf cas d'absence évidemment. Un petit mot pour la fin ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

La jeune fille qui criait "au loup"

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 146


MessageSujet: Re: lydia ; you can scream Jeu 31 Aoû - 21:40

i'm gonna pop your bubble gum heart
« Je m’appel Lydia Martin, je suis née et j’ai grandis dans la ville de Beacon Hills. », c’est ainsi que je m’étais présentée à la jeune femme qui me faisait face. Assise sur cette chaise parfaitement inconfortable, mon regard froid et dur trahissait toute la méfiance que j’éprouvais à cet instant. La détaillant avec une certaine insistance à la recherche d’une quelconque indication sur la personne que j’avais en face moi. Le silence régnait dans la pièce. Pas un mot, pas un son ne s’échappait des lèvres de la jeune femme. C’était comme si le temps s’est mis sur pause, même ses yeux couleur noisette restait fixer dans ma direction, pourtant j’avais l’intime conviction que ce n’était pas moi qu’elle regardait. Fronçant légèrement les sourcils, je me retournais lentement pour voir ce qu’elle fixait. Dans mon dos, une porte en fer rouillée était apparue. Oui, j’ai bien dit apparue, je n’avais pas souvenir de l’avoir vu en entrant, d’ailleurs elle ne faisait pas vraiment raccord avec la décoration de la pièce. Pinçant mes lèvres entre elles, je me suis levée le regard toujours rivé sur cette porte abîmée par le temps. « Lydia. », une voix masculine me fit me retourner vivement. Je ne savais pas combien de temps j’étais resté concentrée sur la dite-porte mais ça avait suffi pour changer l’intégralité de ce qui se trouvait autour de moi. J’étais passé d’une pièce aux décorations anciennes et riches à une salle semblable à celle de Eichen House, l’hôpital psychiatrique de ma ville natale. La pièce était sombre et seul un lit de sangles la meublait. Tout me revenait à présent, j’étais allongée là il y a encore peu de temps. Pourtant, quelque chose semblait clocher. Tournant un peu la tête sur la droite, je plissais les yeux comme si je cherchais à comprendre ce qu’il se passait. « Lydia. », à nouveau, la voix flou et masculine me fit me retourner. Un demi-tour avait suffi, voilà que ma robe à fleur et ma tresse s’étaient volatilisées à leur tour, me laissant avec pour seul vêtement, une chemise d’hôpital d’un blanc peu éclatant. Passant mes mains sur mon corps sans comprendre, mon nom s’est à nouveau fait entendre. Levant le menton vers la porte, celle-ci était maintenant ouverte et l’espace de quelques secondes, deux yeux d’un rouge lumineux sont apparus dans l’obscurité. Mes pupilles se sont alors agrandis, tandis que ma gorge se nouait. Depuis mes dix-huit ans, j’étais assez régulièrement sujette à ce genre d’absence. Je voyais, j’entendais et je ressentais des choses, parfois ces périodes de « blancs » me menait d’un point A à un point B sans que je sois capable d’expliquer ce qu’il m’était arrivé. C’est d’ailleurs de cette manière que je m’étais retrouver à errer dans nue dans les bois pendant plusieurs jours. Il paraît que c’était là les dons d’une Banshee, une messagère de la mort. Visiblement, mon côté surnaturel était à nouveau en train de me jouer des tours. J’ai avancé, m’arrêtant sur le seuil de la porte hésitante. Tout était si sombre et pourtant, quelque chose d’inexplicable m’attirait vers l’intérieur. J’ai fini par passé l’encadrement, à peine avait fait un pas en avant que la porte claquait derrière moi, dans mon sursaut je me retournais en direction de la dit porte qui avait finalement disparue à son tour. Posant la main sur la pierre froide du mur, je pouvais sentir ma respiration s’accélérer sous la panique. « Lydia. », comme un souffle dans l’air j’entendais à nouveau quelqu’un prononcer mon nom. Lorsque je me suis retournée, j’avais en face de moi et un homme bien plus grand que moi et aux yeux rouge sang. « Peter ? », lançais-je en reconnaissant de loin. Peter représentait mon tout premier lien avec le monde surnaturel. A vrai dire, il existait entre nous un lien indéniable. J’avais dix-huit ans à l’époque, j’étais la fille la plus populaire du lycée et je sortais avec Jackson le capitaine de l’équipe de lacrosse de Beacon Hills. A l’époque Peter Hale semait la terreur dans la ville et avait fini par me mordre le soir du bal du lycée. Une chance que Jackson m’ait retrouvée à temps pour que je sois conduite à l’hôpital. C’est donc suite à cette morsure que Peter et moi avons tissu un lien surnaturel. En effet, je l’ai vu, plusieurs fois alors qu’il était supposé être mort et ce jusqu’à ce que je ne le fasse revenir à la vie sous son influence. C’était là mon premier contact avec mon côté Banshee. Mon regard ne l’avait pas quitté une seule seconde, mais lorsque je fis un pas en avant, celui-ci filait par le couloir sur sa gauche. Le souffle court, je l’ai suivi, n’ayant aucune autre porte de sortie. Mais à peine arrivais-je à l’entrée du couloir qu’une sensation de souffle chaud se faisait ressentir dans ma nuque. Les yeux grands écarquillés, j’ai ressenti comme une sensation de brûlure dans la nuque. Passant ma main à l’endroit précis de cette sensation, je découvrais sur mes doigts un liquide transparent à la texture gluante. Entrouvrant légèrement les lèvres, je sentais petit à petit mon corps se paralyser. Je n’étais plus maitresse de mes gestes, de mon corps. J’ai fini par m’écroulé sur le sol froid de l’hôpital paralyser. « C’est ta faute Lydia. », une nouvelle voix s’adressait alors à moi. Cette fois-ci je n’avais eu aucun mal à reconnaître celui qui s’adressait à moi ni même ce à quoi il faisait référence. « Jackson ? », lançais-je avec peine. « Jackson, je ne savais pas. », lançais-je tandis qu’une nouvelle paire d’yeux s’ouvraient devant moi, semblable à ceux d’un reptile. Par crainte, j’ai fermé les yeux, aussi fort que possible. C’est à ce moment-là que je devenais la spectatrice de mon passé.  Je pouvais voir Jackson me hurler dessus, me dire que j’étais responsable alors que je ne comprenais, à l’époque, pas de quoi il parlait. Je pouvais sentir en moi un sentiment de rancune à l’égard du jeune Whitemore. J’aimais ce garçon et il m’avait brisé le cœur par soif de pouvoir. Il s’était fait mordre par un loup-garou et pourtant, rien ne se passait selon lui. Hors lui aussi à terrifier la ville pendant quelques temps, il n’en avait pas conscience mais il était devenu un ce qu’on appelle un kanima. Il s’agit d’un lycan mêlant reptile et humain ayant la faculté de paralysé les êtres-vivants grâce à un fluide transparent. Pour être tout à fait honnête, si Jackson ne se rendait pas compte de la transformation c’était parce qu’il ne savait pas ce qu’il était et que le kanima, quant à lui, ne savait pas qui il était. D’ailleurs, personne ne savait qui il était c’est pour cette raison que, lorsque la morsure de Peter n’a eu aucun effet sur moi, je suis devenue, sans le savoir, la suspect numéro un et, par la même occasion, la cible de la meute de Derek Hale, le neveu de Peter. En effet, comme personne ne savait qu’elle était l’identité du kanima ni ce que j’étais il n’aura pas fallu longtemps aux gens pour y voir un lien logique. Je me suis donc retrouvé dans des situations que je ne comprenais et dont personne ne voulait me parler. Je pouvais à nouveau sentir le bout de mes doigts remuer, mes yeux s’ouvraient avec beaucoup de peine. La vue troublée, je n’étais pas encore en mesure d’être totalement libre de mes mouvements. Malgré tout, je pouvais sentir le sol glisser sous mon dos. Levant un peu la tête, je cherchais du regard l’identité de la personne qui me tenait avec fermeté au niveau des cheville. « Jackson ? », tentais-je avant de laisser mon crane retomber lourdement sur le sol. Je n’avais pas la force de ma battre, j’avais l’impression de revivre chaque évènement marquant de ma vie. « Ferme-là Lydia. », m’adressais une voix masculine et sévère. Je crois qu’il s’agissait de Derek Hale, sans grande certitude. Quelques mètres plus loin, le jeune loup au yeux bleus me laissait pour morte dans une pièce aussi vide que sombre. Lorsque je fus suffisamment réveiller pour me redresser, je me hissais au mur pour me repérer un tant soit peu. « Derek ? », tentais-je en glissant mes mains le long de la pierre froide à la recherche de la sortie. « Derek, laisse-moi sortir ! », lançais-je d’une voix forte en frappant mon poing contre la roche. Je crois que j’étais au bord des larmes, je voyais défiler devant mes yeux chacun des pires moments de ma vie. Et si finalement c’était un signe ? Si finalement tout ça voulait dire que je n’avais attiré que de mauvaise chose ? Et si finalement c’était à mon tour de mourir ? Alors que je tentais de trouver une explication à ce qui se passait, un nouvel écho se fit entendre. « Tu n’as rien fait pour me sauver. », fronçant les sourcils, cette voix féminine m’était encore plus familière que les autres. Un néon s’allumait alors derrière moi, levant les yeux vers le plafond, il clignotait comme ceux dans les vieux souterrains lugubres. En me retournant, les larmes montèrent immédiatement à mes yeux. Devant moi, Allison Argent, ma défunte meilleure amie. Adossé au mur, elle gisait au sol le ventre plein de sang. Sa main semblait y faire un poing de compression en vain. « Tu n’as rien fait pour me sauver Lydia. C’est ta faute. Tout est de ta faute. », me lançais mon amie. Le regard brillant, je n’osais pas avancer, j’étais pétrifiée. Je pouvais ressentir la culpabilité qui me rongeait l’estomac. « Ca ne devait pas se passer comme ça.. », soufflais-je la respiration coupée par la scène à laquelle mon esprit me confrontait. « Tu m’as laissé mourir. », insistait-elle avec rancune. Une larme se détachait de mon œil pour rouler le long de ma joue. « Non .. Bien sûr que non .. », j’avançais d’un pas mais à nouveau un blocage s’opérait en moi. « Allison, j’ai pas voulu ça. », lui adressais-je avec sincérité. Mais avant que celle-ci n’est le temps de me répondre quoi que ce soit, mes mains se posaient sur mes tempes. Une forte douleur à la tête me poussait à fermer les yeux. Et à nouveau, je devenais la spectatrice de l’un des pires moments de ma vie. « Regarde ce que tu as fait Lydia. », me murmurait-elle. Je voyais mes amis, tous sans exception : Scott McCall, Kira Yukimura, Isaac Lahey était là lui aussi. Enfin il y avait ma meilleure amie, maniant l’arc comme personne. Je n’étais pas là ce jour-là, m’occupant d’un Stiles Stilinski partageant son corps avec un renard. Pourtant, j’ai revu la scène, encore et encore. En boucle. La lame du oni se plantait dans son ventre avec une facilité déconcertante, je l’ai vu grimacer avant de s’écrouler au sol pour lâcher son dernier souffle dans les bras de son premier amour Scott. Cette scène me déchirait le cœur. Je l’avais senti, bien trop tard malheureusement. J’avais eu beau hurler aussi fort que mes poumons me le permettaient, c’était trop tard. Après avoir vu ce spectacle se jouer plusieurs fois devant moi, j’ai fini par me trouver à nouveau dans cet endroit confiné. Les larmes continuaient de se succéder les unes aux autres alors que le corps d’Allison avait disparu. Sentant mes jambes se dérober sous mon poids, j’ai fini par m’écrouler à genou. J’étais épuisée et je ne pouvais plus supporter de revivre tous ces moments aussi insupportables les uns que les autres. Mais alors que je pouvais sentir mon cœur se déchirer dans ma poitrine, une main à l’énergie incroyablement rassurante se posait sur mon épaule avant de venir me soutenir pour me relever. Mon regard se posait sur celui qui venait de me relever. Lorsque le visage de Stiles s’offrait à moi, je m’empressais de me blottir contre lui. Persuadée que la fin de ce cauchemar avait sonné. Stiles avait toujours la clé de tout, il était celui qui nous sortait des pires faux pas, où qui nous y mettait. Là encore, selon Deaton, druide et patron de Scott, un lien spécial existait entre nous et je crois que ces mots prenaient tous leur sens à cet instant précis. Sa main se glissait dans mes cheveux et son visage s’approchait de mon oreille. « Lydia, crie. », me murmurait-il avant de s’envoler dans un nuage de fumée noir me rappelant la période où il avait été le véhicule du Nogitsune, ce renard aux milliers d’années. A nouveau, mon souffle se coupait et j’effectuais un pas en arrière. Alors que je me retrouvais dos au mur, devant moi apparaissait l’ensemble des personnes ayant marqué ma vie à Beacon Hills. Scott, Malia, Peter, Allison, .. Ils étaient tous devant moi et leur regard trahissait leur haine à mon égard. Ils avançaient tous vers moi et leur voix se mélangeaient dans ma tête m’accablant de tout un tas de chose. J’ai fermé les yeux portant à nouveau mes mains sur mes tempes comme pour me concentrer sur toute ces voix qui se bousculaient dans ma tête. C’est là que ma vie à défiler devant mes yeux. J’ai vu chaque personne à tour de rôle, des plus proches au moins proches. Puis j’ai revu les scènes, les unes après les autres et plus encore : la première fois que j’ai découvert un corps dans la piscine alors que j’allais chercher mes médicaments, la mort d’Aiden mon petit ami, Stiles s’effondrer au sol épuisé par le Nogitsune, Scott se faire mutiler à grand coup de griffes par Théo un vielle ami d’enfance, Meredith me retenir prisonnière pour m’aider à contrôler mon cri.. J’ai revu tout cela sans la moindre exception. J’avais l’impression que ma tête allait exploser, purement et simplement exploser en un million de morceau. C’est à ce moment que j’ai ouvert brutalement les yeux avant qu’un cri strident ne se fasse entendre dans l’ensemble des souterrains ou je sais quel autre endroit où je me trouvais actuellement. L’ensemble des personnes devant moi c’est alors volatilisé comme Stiles l’avait fait tout à l’heure. D’épuisement, j’ai fini par m’écrouler, inerte sur le sol. Alors que mon visage s’approchait dangereusement du béton, je me redressais d’un bond, essoufflée. Quelle horrible idée avait encore trouvée mon esprit pour me torturer ? A croire qu’entendre des voix à longueur de temps ce n’était pas suffisant .. Alors que je regardais autour de moi je reconnaissais ma chambre, mon cauchemar était enfin terminé ? Relevant mes genoux contre ma poitrine j’ai repris mon souffle petit à petit. Ca faisait plusieurs mois que j’étais arrivée ici sans vraiment savoir pour quelle raison, j’y avait été attirée, j’avais simplement disparu de Beacon Hills sans crier gare après que ma mère m’est faite enfermée à Eichen House pour démence. Je n’avais plus de contact avec mes amis et la culpabilité me rongeait. Pourtant, jusqu’à présent j’étais incapable de me rappeler ce que j’avais vécu avant de me retrouver ici, incapable de vous dire comment je m’étais retrouvée ici. Aujourd’hui, je ne savais toujours pas ce que je faisais ici, mais je savais ce que j’avais déjà traverser par le passé. J'avais enfin retrouvé une identité. « Je m’appel Lydia Martin et je suis une messagère de la mort. », murmurais-je la tête enfoui dans le creux de mes bras …
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Détective hyperactive

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 244


MessageSujet: Re: lydia ; you can scream Jeu 31 Aoû - 22:17

Holland Roden. (Je crois que c'est la soirée où je bave sur les vavas choisis par les membres. )
Bienvenue à toi ! Saches qu'à partir d'aujourd'hui, tu as une semaine pour finir ta petite fiche. Surtout, n'hésites pas à contacter le staff si tu as la moindre question, on se fera un plaisir d'y répondre ! J'espère que tu te plairas parmi nous et bon courage pour la rédaction de ta fiche !

♔ ~ IfItWereReal ~ ♔

 
I've got to keep control. I remember doing the Time Warp. Drinking those moments when the blackness would hit me. And the void would be calling. Let's do the Time Warp again.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Modèle réduit

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 147


MessageSujet: Re: lydia ; you can scream Jeu 31 Aoû - 22:18

Bienvenue à toi !
Comme l'a dit Mabel, n'hésites surtout pas si tu as besoin ! Bon courage pour ta fiche, en espérant que tu te plairas parmi nous !

♔ ~ IfItWereReal ~ ♔


« Lorsque vous avez éliminé l’impossible, ce qui reste, si improbable soit-il, est nécessairement la vérité. » — Sir Arthur Conan Doyle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Le garçon qui murmurait à l'oreille des fées.

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 105


MessageSujet: Re: lydia ; you can scream Jeu 31 Aoû - 22:20

Bienvenue et bon courage pour ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

La jeune fille qui criait "au loup"

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 146


MessageSujet: Re: lydia ; you can scream Jeu 31 Aoû - 23:31

Merci beaucoup à tous.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Joueur de pipeau

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 391


MessageSujet: Re: lydia ; you can scream Ven 1 Sep - 1:22

Lydiaaaaa !!
Bienvenue jeune demoiselle !

♔ ~ IfItWereReal ~ ♔

I really hope we won't die
He'd wanted to kiss Wylan • since he'd first seen him stirring chemicals in that gruesome tannery.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

La jeune fille qui criait "au loup"

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 146


MessageSujet: Re: lydia ; you can scream Ven 1 Sep - 14:37

merci beaucoup
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Tête couronnée

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 80


MessageSujet: Re: lydia ; you can scream Ven 1 Sep - 18:19

Bienvenue parmi nous !

Oh my good, Holland Roden !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

La jeune fille qui criait "au loup"

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 146


MessageSujet: Re: lydia ; you can scream Mer 6 Sep - 0:12

merci jolie zelda !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Modèle réduit

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 147


MessageSujet: Re: lydia ; you can scream Mer 6 Sep - 7:42

Félicitation, tu es validé(e)  !
Je te souhaite la bienvenue parmi nous ! J'ai adoré ton histoire, très bien décrite et de manière vraiment très touchante ! Je trouve que tu as une belle façon d'écrire ! Attention à quelques fautes, néanmoins, comme "je m'appel" qui devrait être "je m'appelle".

Je te félicite, tu es maintenant officiellement validé(e) ! Maintenant que tu as ta nouvelle couleur, tu vas pouvoir aller rp et t'amuser sur le forum ! Enfin, avant toute chose, je te conseille de faire un tour dans les bottins pour réserver ton personnage. Si tu veux te faire des amis plus facilement, tu peux également poster une fiche de lien et répertoire rp. N'hésites d'ailleurs surtout pas à passer nous faire un coucou sur la chatbox ! J'espère que tu t'amuseras sur If It Were Real et si tu as la moindre question, n'hésites surtout pas à nous contacter !

♔ ~ IfItWereReal ~ ♔


« Lorsque vous avez éliminé l’impossible, ce qui reste, si improbable soit-il, est nécessairement la vérité. » — Sir Arthur Conan Doyle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: lydia ; you can scream

Revenir en haut Aller en bas
lydia ; you can scream
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Scream, 4ème du nom
» [VENDS] Skis (Cailloux) Salomon X-Scream series+fix
» Lydia COLLART
» Lydia CHENG
» Lydia K

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
If It Were Real :: Prologue :: Présentations :: Validés-
Sauter vers: