AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

But who's Susan ? ❖ Peyton

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Sac à puces

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 157


MessageSujet: But who's Susan ? ❖ Peyton Mer 9 Aoû - 13:04



But who's Susan ?
You still make me nervous when you walk in the room.
Une seconde chance. La vie avait donné à Sirius une seconde chance en lui permettant d’atterrir ici, à Imaginarium, avant de commettre les erreurs qui tueront les gens qu’il aime. Une seconde chance de pouvoir se faire pardonner et d’aider les autres. Les premiers jours étaient perturbant pour le sorcier. Il faut dire qu’après avoir passé la moitié de sa vie à être considérer comme l’un des pires meurtriers qui existe, c’est étrange de réussir à sortir dans la rue sans que personne ne crie, ou risquer sa vie. Il n’avait plus besoin de se cacher, ni de craindre les foudres des autorités. C’était comme ci on lui accordait enfin la vie qu’il aurait du avoir. Le jeune homme était infiniment reconnaissant de cette chance et avait décidé de faire en sorte de tout faire pour rattraper ses erreurs passées et ne plus jamais les refaire. De fil en aiguille, il finit par prendre la décision de se rendre utile et d’aider ceux qui souffrent le plus. Pour se faire, il prit un poste d’infirmier à l’hôpital où il s’occuperait d’enfants malades qui n’ont plus réellement le droit d’en sortir. Il espérait sincèrement, ainsi, les aider à soulager leurs souffrances.

Au fil du temps, il avait fini par sincèrement s’attacher à plusieurs de ses petits patients. Il aimait prendre soin d’eux, et essayer de leur apporter le plus de réconfort possible et imaginable. Il avait d’ailleurs noué des liens très solides entre le personnel et les enfants dont il s’occupait en essayant de convaincre d’autres infirmiers, internes, et aide-soignant à prendre le temps de s’intéresser aux enfants. Il faut dire que dans un hôpital, on en a tendance à essayer de prendre de la distance, et pas forcément le temps de s’assoir et discuter avec chacun des patients, mais Sirius pensait sincèrement que d’être un peu plus humain avec eux les aidait à supporter l’hospitalisation. Ainsi, il n’était pas étrange de le voir assit à côté des enfants pour leur lire une histoire ou seulement discuter un peu. Il prenait réellement très à coeur son travail, et faisait en sorte d’être le meilleur infirmier qu’il pouvait être. Ce jour là, Sirius passa la porte d’une des chambres pour découvrir que l’un de ses patients n’étaient plus là. Il savait que le petit garçon devait subir une intervention et serait certainement transféré définitivement dans le service d’en face si elle était un succès.

Seulement, l’opération était prévu pour la semaine d’après, et un sentiment de panique s’empara soudainement du jeune homme. Et si le patient avait fuit ? Il termina rapidement le tour des chambres qu’il avait presque fini, et alla interroger le médecin en charge qui lui expliqua que l’intervention avait été avancé pour maximiser les chances de réussite, et que le petit avait été opéré pendant les deux jours que Sirius avait de repos. Soulagé, il termina son service avant de retourner à son vestiaire pour se changer. Il était presque deux heures et demi de l’après midi quand il entra dans la pièce. Il déposa son badge, ses crayons, et le reste de ce qu’il y avait dans ses poches dans son vestiaires et ressortit. Sans vraiment réfléchir à ce qu’il dirait à la surveillante du service, il pénétra dans celui d’en face du sien, et demanda gentiment à une infirmière si elle avait des nouvelles du petit garçon, et s’il avait le droit de le voir. Il espérait sincèrement que l’opération soit un succès et qu’il ne reviendra plus jamais dans le service où Sirius était infirmier. Les enfants dans ce service ne sortait pas souvent guérit.

code by bat'phanie

♔ ~ IfItWereReal ~ ♔


Sirius O. Black
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 45


MessageSujet: Re: But who's Susan ? ❖ Peyton Mer 9 Aoû - 18:03

But who's Susan ?

feat. sirius & peyton

Depuis ma sortie de Poudlard, j'avais voulu me rendre utile. Et vu que l'on m'avait écarté de la guerre, tout ce que j'avais trouvé de mieux à faire, ce fut d'aider à l'hôpital Sainte-Mangouste afin de soigner les blessés. J'avais vite trouvé ma place en tant qu'infirmière au sein du quatrième étage, au service de pathologie des sortilèges. Même si, en fonction des besoins, il m'arrivait de me retrouver au premier étage au service des blessures par créatures vivantes. Dans mon principal secteur, j'avais l'habitude de voir des patients atteints de maladies incurables résultant, assez souvent, de différents sortilèges. Les soins étaient longs et toutes les histoires se différenciaient, certaines plus tristes que d'autres, des patients plus attachants et plus bouleversants que certains. Le plus triste, c'était que, parfois, on ne pouvait rien faire de plus pour eux. On pouvait leur donner tous les soins possibles, leur état ne faisait que se stabiliser sans réellement arranger la situation. C'était triste, mais c'était ainsi. C'était alors tout naturellement que je me montrais présente pour eux, les aidant et essayant au mieux de les réconforter. La situation n'était pas toujours évidente, mais je faisais au mieux pour m'en sortir.

Lorsque j'ai ouvert les yeux et que j'ai découvert Imaginarium, mais surtout cette nouvelle jeunesse, c'était encore une fois comme une évidence. Je m'étais présentée à l'hôpital comme une ancienne infirmière, montrant mes compétences, de quoi j'étais capable. Je fus envoyé en pédiatrie. C'était un autre milieu, et une véritable découverte. Comment ne pas s'attacher à tous ces enfants ? Peut être était-ce parce que je n'avais jamais eu la chance d'en avoir que je ne cessais de m'inquiéter de l'état de certains, que je passais du temps avec chacun d'entre eux essayant de leur remonter le moral quand ils trouvaient le temps long dans leur chambre blanche décorée avec quelques petits dessins ou des posters de leurs héros préférés ou de leurs idoles. J'aimai passé du temps avec chacun d'entre eux, les écouter quand ils avaient besoin de parler, leur lire des histoires quand ils me le demandaient. Chacun avait le droit à son petit surnom personnel. Chacun avait le droit à quelques minutes en plus lorsque je venais leur donner leur soin, lorsque je portais leur repas. Prendre du temps pour chacun d'entre eux, discuter avec les parents de leur santé, leur dire que tout se passe pour le mieux et qu'ils sortiront dans très peu de temps et voir leurs yeux s'illuminer lorsqu'ils se rendaient compte qu'ils ne seraient plus séparés pour très longtemps de leurs enfants. Ça me changeait réellement de mon service à Sainte-Mangouste. Mais l'un de ces enfants occupait la majorité de mon attention. Personne n'était venu le voir et pourtant, il semblait attendre quelqu'un. Je savais très bien qu'il était orphelin, qu'il venait de sortir d'une grosse opération. Il se portait de mieux en mieux, mais je pouvais lire dans son regard une certaine solitude qu'il cherchait à combler par l'attente. Mais qui attendait-il ? Parfois, j'avais l'impression que mon cœur se brisait. Il était touchant, attachant, mais il n'avait absolument personne. Qu'allait-il devenir lorsqu'il serait guéri ? D'autres infirmières me demandaient de ne pas trop m'attacher, que tout irait bien pour lui par la suite, et pourtant, je n'arrivais pas à les écouter. Je n'arrivais pas à me faire à l'idée qu'il était bel et bien seul.

Je sortais de sa chambre, un livre à la main. Il avait fini par s'endormir après l'histoire que je venais de lui raconter. Un léger soupire s'échappa de mes lèvres tout en pensant à ce qu'il allait devenir. Mais il fallait que je me reprenne, mon service allait bientôt se terminer et certains enfants avaient peut être encore besoin de moi. C'est alors que je croisais le regard de ma collègue avec... C'est pas vrai, qu'est-ce qu'il faisait ici ? Je venais à eux alors qu'elle me demandait comment allait le petit. « Il vient de s'endormir. Je trouve que son état depuis l'opération s'améliore. » Je réfléchissais à toute vitesse, il était le dernier enfant que je devais voir avant la fin de mon service, après, ce n'était que de l'aide que je pouvais apporter à mes collègues avant de partir. « J'ai pratiquement fini mon service, tu peux y retourner si tu veux. Je vais me charger de monsieur. » Je le regardais avec un regard un peu sévère. Où avait-il trouvé cette blouse à la fin ? J'attendais que l'autre infirmière se soit éloignée pour enfin lâcher un soupire. « Mais ce n'est pas possible. Qu'est ce que tu fais ici ? Je t'ai déjà dit que Susan ne pouvait pas être en pédiatrie et qu'elle n'était pas à l'hôpital. Et... Où as-tu trouvé cette blouse ? » Je le regardais de haut en bas, je ne sais pas pourquoi, j'avais l'impression qu'il avait légèrement changé. « Tu t'es coupé les cheveux ? » Question inutile, surtout en ce moment même. Je me demandais ce qu'il n'avait pas compris depuis la dernière fois. J'avais passé une majeure partie de mon temps à lui expliquer les services de l'hôpital, pourquoi Susan ne pouvait pas se trouver en pédiatrie, comment je m'étais renseignée pour savoir si elle n'était pas une patiente dans l'un des services, et pourtant, le revoilà et avec une blouse. « Bon... Caspian. J'ai une idée. Je fini tranquillement mon service. Tu retournes chez toi tout en reposant cette blouse où tu l'as trouvé, et je te rejoins. Puis, on fait un tour dans la ville à la recherche de Susan. Ça te va ? » C'était la seule chose à laquelle j'avais pensé. C'était la seule solution que j'avais trouvé dans l'immédiat.
made by guerlain for epicode

♔ ~ IfItWereReal ~ ♔

 
Would it be so hard to let yourself feel something ? Would it be so strange to let yourself go ? Would it be such a drag just to finally let somebody get inside ? Your lonely life.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Sac à puces

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 157


MessageSujet: Re: But who's Susan ? ❖ Peyton Jeu 10 Aoû - 0:18



But who's Susan ?
You still make me nervous when you walk in the room.

Le jeune homme remercia gentiment la demoiselle qui l’avait aidé avant d’être interrompu par quelqu’un qu’il n’aurait cru jamais revoir. Depuis son arrivé à Imaginarium, Sirius n’avait encore croisé personne qui n’était pas mort avant la fin de la guerre des sorciers, et en avait déduit que cet endroit était peut-être un endroit où les âmes qui errent peuvent se retrouver. Son coeur loupa un battement. Cette femme, il n’avait jamais cessé de l’aimer, et pourrait la reconnaitre entre toutes. Peyton. Sur le moment, il paniqua presque, ne sachant que dire, ne sachant ce qu’elle penserait de lui, ce qu’elle aurait cru de ce qu’on disait de lui. Il s’apprêtait à prononcer quelques mots pour la saluer quand celle-ci congédia la demoiselle qui l’avait aidé. Peut-être qu’au fond de lui, Sirius avait espéré que Peyton ne l’aurait pas reconnu, mais si elle voulait lui parler seul, c’était pour ça, non ? Le jeune homme prit une grande inspiration, mais de nouveau, il n’eut pas le temps de dire le moindre mot avant que Peyton ne prenne la parole. Il était prêt à absolument tout entendre, sauf ce que la demoiselle lui dit. Perplexe, il se contenta seulement d’écouter.

S’il avait eu peur de la réaction de la jeune femme, à présent, Sirius était totalement dérouté. Il mit un moment à réaliser qu’il était bien dans la réalité, et pas dans en rêve. Juste assez longtemps pour entendre Peyton lui demander s’il s’était coupé les cheveux. Était-ce l’un de ces jeux que les moldus adorent qu’on appelle caméra caché ? Ca ne pouvait être que ça. Peyton avait l’air si étrange, et parlait de personne qu’il ne connaissait absolument pas. A ce moment là, il n’arrivait pas à prononcer le moindre son, bien trop choqué par les paroles divaguantes de son ancienne amante. Il plongea son regard dans le sien, et posa la main sur son front, sans vraiment réfléchir, comme il l’aurait fait avec un enfant, pour vérifier qu’elle n’avait pas de fièvre. De nouveau, il était totalement perplexe et fronça les sourcils. « Peyton, je comprends que tu puisses m’en vouloir, mais… Je ne suis pas fou. Et puis c’est quoi cette histoire de Susan ? Qui est Susan ? Pourquoi tu voudrais que j’aille en ville la chercher avec toi ? » Il mit les mains dans ses poches et regarda la jeune femme dans les yeux, essayant de déceler de la fatigue, ou une trace de maladie expliquant ses propos.

Pourtant, elle allait parfaitement bien. Rien chez Peyton n’indiquait une quelconque maladie. « Ecoutes, cette blouse, c’est la mienne, j’ai toujours eu la même coupe de cheveux, je sais pas qui est Susan, je sais pas pourquoi tu m’as appelé ‘casse’ quelque chose, et j’aimerai vraiment discuté avec toi, mais pour l’instant, j’ai fait une promesse et je dois retrouver quelqu’un, tu ne m’en veux pas si je te laisse un instant ? » Sans attendre de véritable réponse, Sirius s’éloigna de la jeune femme pour se rendre dans la chambre que sa collègue lui avait indiqué plutôt. Après tous, il avait le temps de se faire pardonner de Peyton, mais ne l’aurait peut-être pas de dire au revoir à son petit protégé si son opération ne s’était pas déroulé comme il faut. Il s’arrêta sur le seuil de la porte pour lancer un regard à la jeune femme, comme pour s’assurer qu’elle n’allait pas disparaitre, en espérant qu’elle serait encore là quand il reviendrait. Il avait tant de choses à lui dire ! Un petit sourire sur ses lèvres, Sirius tenta d’oublier l’épisode qui venait de se produire pour ne dégager aucune onde négatif quand il entrerait dans la chambre. Après tous, c’est bien la dernière chose dont Jayden avait besoin en ce moment…  

code by bat'phanie

♔ ~ IfItWereReal ~ ♔


Sirius O. Black
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 45


MessageSujet: Re: But who's Susan ? ❖ Peyton Jeu 10 Aoû - 1:19

But who's Susan ?

feat. sirius & peyton

J'avais beau regardé Caspian, quelque chose n'allait pas. J'avais ce sentiment qu'il était différent. Il avait une façon d'agir et de me regarder qui ne lui ressemblait pas. Je me posais des millions de questions et je n'avais de réponses à aucunes d'entre elles. En vérité, plus je regardais l'homme qui me faisait face, plus je me demandais si je n'avais pas affaire à lui. Sirius. Non. Impossible. Qu'est ce qu'il ferait dans un hôpital ? De plus, la dernière fois que j'ai cru avoir affaire à lui, je suis tombée sur Caspian. Je ne pouvais pas reproduire la même erreur deux fois. Et, si ce n'était pas Caspian, c'était encore l'un des sosies. Je me faisais de fausses idées, il n'y avait rien d'autre à dire. Je n'étais même plus certaine de l'identité de la personne que j'avais fasse à moi. Et ses réactions n'arrangeaient rien. Lorsqu'il posa sa main sur mon front tout en plongeant mon regard dans le sien, non seulement je fus surprise par ce geste, mais j'essayais également de trouver des réponses dans ses yeux. Qui était-il ? Il disait ne pas connaître Susan. Alors, ce n'était pas Caspian. Ce dernier était bien trop amoureux de cette femme pour l'oublier. Et lui en vouloir ? Et pourquoi m'appelait-il Peyton s'il n'était pas Caspian ? Pourquoi me tutoyer alors que ce n'était, peut être qu'un simple inconnu.

J'ai fait une promesse et je dois retrouver quelqu'un, tu ne m'en veux pas si je te laisse un instant ? Me voilà soudainement dans le passé, devant la maison des Potter. Ces derniers venaient de mourir et leur fils unique avait survécu. Je savais très bien que je trouverais Sirius ici. Je ne l'avais pas vu depuis très longtemps. Je me demandais ce qu'il était devenu. Et lorsque j'avais su, je n'avais pas cherché plus loin. Je ne sais pas comment, ni pourquoi, mais lorsque je su que l'adresse était à Godric's Hollow, je ne m'étais pas posée de questions avant de transplaner. Je savais qu'il serait là bas. Je savais très bien que ce serait l'occasion de le revoir. Et, à ce moment précis, j'avais l'impression qu'il aurait besoin de soutiens. Après tout, James avait toujours été son meilleur ami. Et j'étais là, devant cette maison, lorsque je finis par l'apercevoir au loin. Je n'avais pas hésiter une seconde avant de le prendre dans mes bras. Je n'avais pas posé de questions, j'étais restée silencieuse. Je ne faisais que le serrer dans mes bras. J'aurais voulu lui enlever toute sa tristesse, j'aurais voulu que rien de tout cela n'arrive. Mais je ne pouvais rien faire de tout ça. Je ne me souviens plus si nous avions échanger quelques mots. J'ai fait une promesse et je dois retrouver quelqu'un, tu ne m'en veux pas si je te laisse un instant ? C'étaient ces derniers mots. C'étaient les dernières paroles qu'il m'avait dit avant de disparaître, d'être enfermé à Azkaban et ne plus jamais avoir de nouvelles.

Je pris un moment avant de me rendre compte que j'étais toujours dans les couloirs de l'hôpital. J'aurais voulu m'asseoir, laisser le flash-back passer un moment, boire un verre d'eau, mais c'était comme si je m'interdisais de flancher. Pas maintenant. J'avais peut être légèrement pâli. Je ne sais même pas si on a remarqué cette légère absence. Combien de temps s'était écoulé le temps que je revive cette scène ? Quelques minutes ou une seule seconde ? J'en avais pas la moindre idée. Tout ce que je savais, c'était que, si je ne m'asseyais pas très vite, j'allais finir par tomber. Sans plus attendre, je finis par m'asseoir sur l'une des chaises du couloir. « Ne le dérange pas s'il te plaît. Il a mis du temps avant de s'endormir. Il était tellement fatigué pourtant. » J'avais eu le temps de voir où il se trouvait avant de poser ma main sur mon front et de fermer les yeux le temps que ce mal de crâne passe. J'avais tendance à m'inquiéter pour Jayden. Peut être, même, un peu trop. Mais, bien que je m'inquiétais pour lui, il n'était pas ma priorité en ce moment précis. « Dis moi. Est ce que tu aurais encore disparu ? Le temps que je me change, que je dise au revoir à mes collègues et à demain, et tu serais parti avant même que je ne sois revenue ? Qu'est ce qu'il s'est passé cette nuit là Sirius pour que l'on t'accuse de toutes ces choses que tu es incapable de faire ? » S'il y avait bien une chose dont j'étais certaine lorsque j'appris qu'on l'accusait d'avoir tué douze moldus et Peter, c'était son innocence. J'aurais pu le hurler au monde entier qu'ils avaient tous tords de le croire coupable, mais personne ne m'aurait cru. Et je ne détenais pas le secret de cette nuit là, je ne savais pas ce qu'il s'était réellement passé pour que j'attende encore et toujours.
made by guerlain for epicode

♔ ~ IfItWereReal ~ ♔

 
Would it be so hard to let yourself feel something ? Would it be so strange to let yourself go ? Would it be such a drag just to finally let somebody get inside ? Your lonely life.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Sac à puces

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 157


MessageSujet: Re: But who's Susan ? ❖ Peyton Jeu 10 Aoû - 1:54



But who's Susan ?
You still make me nervous when you walk in the room.

Sirius avait posé sa main sur la poignée quand il entendit la voix de Peyton lui demander de ne pas ouvrir la porte. Il fixa la porte quelques secondes avant de s’assoir en face, dans le couloir. Entant que membre du personnel, il savait très bien qu’il n’avait pas le droit de le faire, mais qu’importe. Il voulait vraiment tenir parole. « Dans ce cas, j’attendrai qu’il se réveille. » Il fixa ensuite le plafond, contemplatif, sans rien ajouter. Le jeune homme continuait de s’inquiéter pour l’enfant même si la demoiselle devenait petit à petit la priorité de ses pensées. Il ne pouvait pas s’empêcher de se poser un million de question quant à ce qu’elle était devenue, si elle était heureuse, si elle avait eu une belle vie, si, par pur hasard, il lui aurait manqué… Toutes ses choses qu’il aurait pu demander s’il n’avait pas été accusé d’être un traitre et un meurtrier. Il faut dire que, quand on croise quelqu’un qu’on a pas vu depuis des années, ça n’aide pas réellement de prononcer ‘Ce que j’ai fait ces dernières années ? J’étais évidement en prison pour avoir causé la mort de mes meilleurs amis et avoir tué treize personnes, voyons  !’ 

S’il n’eut pas le courage de poser des questions, ce ne fut pas le cas de la demoiselle. « Si j’avais pu, Peyton, saches que je n’aurai jamais disparu. Du moins, je ne t’aurai jamais laissé derrière moi. » Bien sûr, elle lui parla de cette nuit. Cette nuit où sa vie entière devint le pire des cauchemars. Cette nuit qu’il aurait préféré ne jamais vivre. Des souvenirs déchirant lui revinrent en mémoire. Il se revoit, assit, près du corps sans vie de James, le suppliant de se réveiller. Il se revoit, découvrant Lily, elle aussi, sans vie, ne pouvant plus rien faire pour l’aider. Le visage d’Harry, remplit de larmes, devant le corps de sa mère. Cette nuit fut atroce. Terriblement atroce. Et quand il découvrit les corps de ses amis, Sirius comprit immédiatement qui avait commit un tel acte. Il confia Harry à Hagrid, lui laissant également sa moto volante pour lui permettre d’emmener le petit en sécurité, et resta devant la maison, quelques minutes, à contempler ce qui venait de lui être arraché de la manière la plus brutale. C’est à ce moment que Peyton arriva. Comme-ci elle avait su ce qui s’était passé, elle vint le prendre dans ses bras, le réconforter.

Seulement, dans l’esprit de Sirius, il n’existait plus qu’une seule idée. Peu importe l’amour qu’il portait à cette femme, il devait le faire. Il lui expliquerait tous, il lui dirait plus tard pourquoi, mais dans l’immédiat, il avait une tâche à accomplir, et il ne pouvait pas se défiler. Il devait retrouver Peter et le tuer. Enfin peut-être qu’il ne l’aurait pas tué. Non, peut-être qu’il l’aurait simplement torturé jusqu’à ce qu’il perde l’esprit. La seule chose qui animait Sirius Black cette nuit là, c’était la soif de vengeance. Le jeune homme tourna la tête pour regarder Peyton. « Ce n’est pas grave, si tu ne me crois pas, tu sais. Remus aussi n’a pas cru toute suite à mon innocence quand je me suis évadé. » Il sourit doucement et vint s’assoir près de la demoiselle. S’il devait parler de ça, autant en parler franchement, sincèrement, et sans aucune barrière. « Je devais la vie à James, à l’époque. Il avait été un ami si précieux…  Tu sais, c’est un secret pour personne, avec ma famille, vraiment rien n’allait, et il a toujours été là pour moi. Il m’a même offert un toit sans jamais rien me demander en retour… »

Il perdit son regard au loin. Ce qui était le plus dur à dire fut ce qui lui vint le plus naturellement. Il avait oublié comme il était facile pour lui de se confier à Peyton. « Je n’ai pas envie de te mentir, si j’avais attrapé Peter, ce soir là, je l’aurai probablement tué. Je l’aurai certainement étranglé, ou peut-être torturé à mort. Tu sais, Peter était un rat. Un véritable rat. Tu sais c’est quoi le problème avec les rats ? On ne peut pas leur faire confiance, et je l’ai apprit bien trop tard. » Il passa la main dans ses cheveux, nerveusement, pour ne pas paraitre plus fou qu’il ne l’était déjà. Il faut dire que de passer tant de temps à Azkaban, ça n’aide pas à être une personne sereine. « J’ai tué Lily et James Potter. » Ces mots, il se les était tellement répéter qu’ils avaient fini par s’inscrire dans son esprit aussi profondément que le fait qu’il s’appelle Sirius Black. « J’ai tué Lily et James Potter en faisant confiance à ce sale rat de Peter. A l’époque, on venait d’apprendre qu’ils étaient la cible de Voldemort, et James voulait que je sois le gardien du secret de l’endroit où il se cachait. Seulement, à la dernière minute, j’ai eu peur. J’ai eu peur qu’on me tue et que le secret soit révélé. Alors, j’ai dit à James de prendre Peter plutôt que moi. Aussitôt devenu gardien, il a été dénoncé James et Lily à Voldemort. » Voilà. La vérité. Rien que la vérité.

code by bat'phanie

♔ ~ IfItWereReal ~ ♔


Sirius O. Black
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 45


MessageSujet: Re: But who's Susan ? ❖ Peyton Jeu 10 Aoû - 2:42

But who's Susan ?

feat. sirius & peyton

Sirius Black était toujours aussi obstiné qu'à l'époque. Quand il avait une idée en tête, il était impossible de lui enlever. Tout comme lorsqu'il ne m'avait pas écouté ce jour là, près du lac de Poudlard, alors que j'essayais de me confondre en excuse. Il n'avait pas écouté ce que j'avais à lui dire. À la différence de Poudlard, cette fois, il avait écouté, mais il était tellement obstiné par l'idée de voir Jayden qu'il voulait attendre son réveille. Sirius n'avait qu'une parole et je ne pouvais que le reconnaître. Cette fois, il n'y avait plus de doute sur son identité. Il n'y avait plus à se poser des questions sur qui était cet étrange inconnu ressemblant à Sirius. Maintenant, tout ce qui m'importait, c'était de savoir la vérité sur cette nuit là. Qu'est ce qu'il s'était réellement passé par la suite. Pourquoi est ce qu'il avait disparu. Qu'en était-il de Peter Pettigrow ? Je n'en avais pas la moindre idée et le seul à détenir toutes les réponses, c'était Sirius, celui qui m'avait laissé derrière lui et que j'avais encore attendu. J'avais même cru que je pourrais le voir lorsqu'il était sorti d'Azkaban. Qu'il viendrait et qu'il m'expliquerait tout dans les détails. Mais rien de tout cela ne s'est produit. Sirius n'est pas venu, et je n'ai jamais su ce qu'il était devenu après s'être échappé de prison. Je n'avais eu aucune réponse. J'avais continué à vivre sans rien savoir. Maintenant que j'en avais l'opportunité, je ne risquais pas de la manquer. Je voulais savoir. Et, parfois, je pense que je pouvais me montrer aussi obstiné que lui.

Je restais silencieuse, me contentant de le regarder pendant qu'il me parlait. Je l'écoutais attentivement, cherchant à savoir s'il me dirait la stricte vérité. Je sentis mon cœur faire un bond dans ma poitrine lorsqu'il me parla de cette nuit là, lorsqu'il m'avait laissé derrière lui. D'un côté, j'aurais peut être du le suivre ou, peut être, le retenir. Lui dire que ce qu'il avait à faire n'avait pas la moindre importance, qu'il devait se calmer, qu'il retrouve ses esprits après le choc qu'il avait du subir. Je savais très bien ce qu'il avait enduré avec sa famille, comment il s'était rendu chez les Potter et qu'ils l'avaient accueillis. James avait toujours été là pour Sirius, c'est pour ça que, quand j'avais appris la mort de son meilleur ami et de Lily, je savais qu'il serait là, qu'il souffrirait. Instinctivement, je me devais d'être là. Et, bien que je ne saisis pas tout de suite le rapport avec Peter, je finis par vite le comprendre quand il me parla du secret, que Peter en était le gardien parce que Sirius l'avait conseillé à James. Lui et Lily avaient fait confiance à la mauvaise personne et, pour Sirius, ce ne pouvait être que sa faute.

Je fermais les yeux tout en lâchant un soupire. « Je ne crois pas que tu les ai tué. Tu n'as pas tué Lily et James Potter. » Peut être que c'était loin d'être le cas pour Sirius mais, pour moi, c'était une évidence. Je refusais de croire qu'il pouvait penser de la sorte. « Vous étiez un groupe de quatre. James voulait que tu sois le gardien de son secret parce que tu étais son meilleur ami. Mais ça aurait été une évidence pour tout le monde. Les Mangemorts t'auraient sûrement traqué et torturé jusqu'à ce que tu parles. Et, peut être, ils auraient fini par te tuer. Je ne sais pas quelle influence ça aurait eu sur ce secret si tu étais mort, mais, peut être que le lieu aurait été dévoilé et ils seraient morts dans tous les cas. » Je finis par rouvrir les yeux pour regarder Sirius. Je ne savais pas où j'allais avec cette théorie, ni même ce que je pouvais dire de plus. Tout ce que je savais, c'est qu'il n'était pas responsable. « Il était évident que James t'aurait choisi. Tu aurais pu lui demander de choisir Remus, mais je ne pense pas que tu l'aurais fait. Il a déjà un fardeau à lui tous les soirs de pleine lune, pourquoi en rajouter encore un. Alors, il ne restait que Peter. Le plus timide des quatre, le moins sure de lui. Il était votre ami. Bien évidement que vous aviez envie de lui faire confiance. Et personne ne l'a vu venir. Personne ne se serait douté que Peter serait le gardien du secret. Personne. Pas même les Mangemorts. Si Peter avait été fidèle à ses amis, s'il tenait réellement à vous, il n'aurait jamais fait ça. C'est lui qui à tuer Lily et James, pas toi. C'est lui qui les a dénoncé, pas toi. Même si tu as demandé à James de choisir Peter, c'est parce que tu as certainement cru que ce serait le dernier à qui tout le monde penserait, qu'il ne vous trahirait jamais. Ce n'est pas ta faute si tu as le sens de l'amitié et pas lui. Jusqu'au dernier moment, tu as cru bien faire. C'est lui qui a tout gâché, pas toi. » J'avais sincèrement envie qu'il croie en tout ça. Mais Sirius était quelqu'un d'extrêmement borné et je me demandais s'il finirait par m'écouter. J'étais convaincue que ce n'était pas sa faute, qu'il était innocent. Il n'avait pas le don de pré-dire l'avenir.

Je finis par poser ma tête sur son épaule. Je restais silencieuse, repensant à tout ce qu'il venait de me dire. Pour moi, il n'avait pas tué Lily et James. C'était impossible. Il n'aurait jamais pu faire une telle chose. Ce n'était pas volontaire. Il a toujours cru les protéger. Et c'était à Peter d'assumer ce rôle. Mais il ne l'a pas fait. C'était lui le seul et unique responsable. Peter était responsable. « Tu sais, peut être que Remus n'a pas cru tout de suite à ton innocence mais, moi, je ne t'ai jamais cru coupable. Alors que le monde te pointait du doigt en tant que responsable de la mort de treize personnes, je savais que ce n'était pas possible. Tu n'es pas un meurtrier. » J'étais soulagée. Je savais enfin ce que j'avais toujours cru. Je savais qu'il était réellement innocent. Qu'il n'avait tué personne ce soir là et qu'il avait enfermé injustement. « Mais. S'il te plaît. Ne disparais plus jamais. »
made by guerlain for epicode

♔ ~ IfItWereReal ~ ♔

 
Would it be so hard to let yourself feel something ? Would it be so strange to let yourself go ? Would it be such a drag just to finally let somebody get inside ? Your lonely life.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Sac à puces

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 157


MessageSujet: Re: But who's Susan ? ❖ Peyton Ven 11 Aoû - 0:04



But who's Susan ?
You still make me nervous when you walk in the room.

Le silence pesait sur Sirius comme le poids le plus lourd qu’il puisse porter. Pendant quelques secondes, peut-être quelques minutes, Peyton ne dit pas un mot. Le jeune homme inspira profondément, retenant ensuite sa respiration sans s’en rendre compte pendant que la demoiselle dit enfin quelque chose. Au fond de lui, Sirius continuait de culpabiliser pour la mort de ses amis, mais les mots prononcés par la jeune femme l’aida à se sentir mieux. Une partie de lui se sentait enfin respirer. « Tu as raison. » Après tous, c’est ce raisonnement qui l’a poussé à demander à James de prendre Peter à sa place. C’est aussi ce raisonnement qui l’a envoyé en prison une fois que Peter avait dévoilé son véritable visage. Avec le recul, il comprenait son erreur, celle qu’il avait fait en faisant confiance à Pettigrow, mais à l’époque, il aurait été totalement incapable d’imaginer une seule seconde que Peter était un traire. En vérité, il était même plutôt convaincu qu’il rendait service à Peter en lui confiant cette tâche. Ainsi, il n’avait plus jamais à se battre, seulement à se cacher, et à garder ce secret avec lui jusque dans sa tombe. Peter n’avait jamais été de ceux qui se batte, il était trop faible, trop lâche. Peut-être que c’était la meilleure façon de le protéger lui, James, et Lily à la fois.

Sirius plongea son regard dans celui de Peyton. C’était peut-être la première fois qu’il avait prononcé ses mots en parlant à la demoiselle sans lui tenir tête, sincèrement, et en réfléchissant vraiment à ce qu’elle venait de dire sans camper sur ses positions. « Je te remercie, Peyton, d’avoir cru en moi. Et je suis désolé que tu m’aies attendu si longtemps pour avoir le droit de comprendre la vérité. J’aurai aimé te voir avant pour te dire tous ça. » Il sourit doucement. « Je pense pas que je pourrai me pardonner un jour la mort de James, et de LIly, ni même celle de mon petit frère, mais je te remercie sincèrement. Tu m’as aidé à me sentir un peu mieux. Tu sais, ça fait longtemps que je n’ai pas eu le droit à de la compréhension et de la compassion. » Il faut dire qu’à sa sortie d’Azkaban, personne n’avait réellement prit le temps de lui demander ce qu’il voulait vraiment. Certes, le projet qu’il avait eu d’aller vivre dans une ferme avec Harry était un peu fou, mais au moins, il aurait été heureux. A la place, Dumbledore l’avait fait enfermer dans sa propre maison. Cette maison remplit de souvenir atroce, et de l’empreinte du passé. Cette maison où il avait vu grandir Regulus, et où ils avaient passé tant de temps ensemble… Seulement personne n’avait jamais cherché à savoir ce que ça lui faisait, à lui, de vivre ici. Bien sûr, il avait proposé, mais il ne pensait pas qu’on aurait accepté la maison d’un ancien mangemort comme planque pour l’ordre du phénix…

Quelque part, au fond de lui, il avait désespérément espérer avoir la chance de reparler à Peyton ne serait-ce qu’une seule fois pour avoir de nouveau l’impression d’exister. Il n’espérait pas son pardon, ni même qu’elle l’ait réellement attendu sans jamais trouver quelqu’un d’autre, mais au moins pouvoir sentir de nouveau son regard sur lui, et entendre sa voix qui avait le don de l’apaiser. S’il avait cru pouvoir l’oublier, et faire taire ses sentiments, plus Sirius la regardait, plus il se rappelait pourquoi il en était tombé éperdument amoureux. Pourtant, ce genre de chose, il n’en parlerait pas. Du moins, pas maintenant. Il n’avait pas le droit de lui rappeler ainsi ce qu’ils avaient vécu, et lui rappeler la souffrance qu’elle a du endurer. A la place, il préféra simplement revenir sur le sujet qu’il l’avait poussé jusqu’ici aujourd’hui : Jayden. « Dis moi, le petit Jayden, c’est ton patient ? Je sais, normalement, on a pas le droit d’en parler comme ça, mais… Je me suis beaucoup attaché à cet enfant, et j’espère sincèrement ne plus jamais le revoir dans mon service. Il mérite vraiment d’aller mieux. Si c’est ton patient, je t’en pris, tu peux me parler de l’opération ? Je lui avais promis que je l’attendrai à son retour du bloc opératoire mais l’intervention a été avancé, et j’ai pas pu être là. J’étais pas au courant. » Il lança un regard inquiet à la porte de l’enfant, espérant sincèrement de bonne nouvelle.

code by bat'phanie

♔ ~ IfItWereReal ~ ♔


Sirius O. Black
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 45


MessageSujet: Re: But who's Susan ? ❖ Peyton Ven 11 Aoû - 1:08

But who's Susan ?

feat. sirius & peyton

J'aurais tellement voulu lui effacer toute sa peine, toute sa douleur, et cela depuis le soir où c'est arrivé. J'aurais voulu qu'il aille mieux, qu'il ne sente pas responsable de ce qu'il s'était produit. Je refusais de croire que c'était sa faute, et peut m'importait s'il pensait le contraire. Je ne pourrais jamais le voir comme le responsable de tout ça. Il avait fait ce qui lui semblait le mieux, que ce soit pour lui ou pour son meilleur ami. Pouvait-on lui en vouloir pour ça ? Non. Jamais. Et un sourire s'afficha doucement sur mes lèvres lorsque je l'entendis me dire que j'avais raison. J'étais comme soulagée. Peut être se sentait-il moins responsable à présent ? Peut-être cesserait-il de dire qu'il avait tué Lily et James Potter ? J'avais tellement envie qu'il arrête de penser de la sorte. Je détestait cette façon de penser, mais, cette fois, il avait fait quelque chose que je ne l'aurais jamais cru capable à une époque. Il m'avait écouté et, surtout, n'était pas coincé dans ses idées. Ce Sirius là était un peu moins borné que celui de l'époque. C'était une belle surprise à vrai dire. Pour la toute première fois, je voyais un Sirius qui ne restait pas bloqué sur ses positions. Même si, comme il me le disait, il ne pourrai pas se pardonner de leur mort, que ce soit de ses meilleurs amis ou de son frère, au moins, il se sentait un peu mieux. Je n'étais pas entièrement satisfaite, mais c'était déjà ça. Au moins, il était un peu moins borné que ce qu'il était à l'époque.

J'avais attendu des années pour enfin savoir la vérité sur cette nuit là. J'avais attendu des années pour enfin savoir qu'il était réellement innocent. « Tu sais, mieux vaut tard que jamais. Et... Très franchement, je n'aurais jamais pu arrêter de croire en toi. Je crois que je te connaissais un peu trop bien pour penser que tu étais capable d'avoir commis un crime. Et, peut être qu'ils sont là eux aussi, dans cette ville. Ils sont peut être bel et bien vivants. Alors, je pense qu'avec le temps, tu réussiras peut être à te pardonner. Surtout s'ils te disent, eux aussi, que tu n'es pas coupable. » Je voyais mal James en train d'accuser Sirius d'être le responsable de sa mort, ni même Regulus. Sirius était peut être un peu trop sévère envers lui même. Et je me demandais s'il finirait par en parler aux concernés. S'il savait déjà s'ils se trouvaient en ville ou non et s'il leur avait déjà parlé. Dans tous les cas, je n'arrivais pas à me faire à l'idée qu'ils le prennent comme responsables. Sirius n'était en aucun cas coupable des actes de Pettigrow ou de Voldemort.

Et je fus vite sortie de mes pensées sur le passé lorsque j'entendis Sirius me parler de Jayden. « Alors c'est toi qu'il attend. Je comprends mieux maintenant. » Combien de fois avais-je vu le petit garçon de six ans regardé derrière moi lorsque j'entrais dans sa chambre ? J'étais persuadée qu'il attendait qu'on vienne le voir. Mais je n'avais jamais su qui il attendait jusqu'à maintenant. Je comprenais mieux ses luttes contre le sommeil. Il attendait Sirius depuis tout ce temps. Combien étions-nous à l'attendre ? J'avais passé ma vie à attendre des réponses de Sirius et voilà maintenant que Jayden attendait qu'il vienne le voir. « L'opération s'est bien passée. Au départ, on a eu un peu peur d'un rejet de greffe, mais au final tout va pour le mieux. Je ne dis pas que c'est évident tous les jours, après tout, son opération a eu lieu il n'y a pas si longtemps, mais il va de mieux en mieux. Il va s'en remettre, on n'a pas à s'inquiéter pour ça. Ce qui m'inquiète le plus c'est l'après... » Je n'avais pas vraiment le droit de dire ça, mais je ne pouvais pas m'empêcher d'y penser. Que deviendrais Jayden à la sortie de l'hôpital ? Il serait placé dans un foyer ou irait-il dans un orphelinat ? Je n'en avais pas la moindre idée, et j'avais peur des gens qui pourraient l'entourer. Je soupirais. « Je ne devrais peut être pas dire ça, et combien de fois mes collègues m'ont demandé de ne pas m'attacher. Mais... Je ne peux pas m'empêcher de me dire que je prendrais bien Jayden avec moi quand il sortirait de l'hôpital. J'ai peur de là où il sera, s'il sera bien traité ou non. Et, de plus, si jamais il a un soucis de santé, je serais là, je saurais quoi faire. Ça me fait tellement peur de laisser comme ça, sans savoir où il ira, si je pourrais avoir des nouvelles... » Mon regard se perdit sur le mur d'en face alors que je commençais à ronger l'ongle de mon pouce droit. J'étais en train d'imaginer Jayden dans une famille d'accueil qui ne voulait pas de lui. Je le voyais seul et désespéré à l'orphelinat, sans la moindre personne lui donnant l'amour dont il a le droit. J'avais tellement peur de la suite.
made by guerlain for epicode

♔ ~ IfItWereReal ~ ♔

 
Would it be so hard to let yourself feel something ? Would it be so strange to let yourself go ? Would it be such a drag just to finally let somebody get inside ? Your lonely life.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Sac à puces

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 157


MessageSujet: Re: But who's Susan ? ❖ Peyton Ven 11 Aoû - 1:50



But who's Susan ?
You still make me nervous when you walk in the room.

Peyton avait encore raison. Bien que Sirius n’avait jamais eu la chance de croiser son petit frère dans la rue, il avait déjà revu James et celui-ci ne lui tenait absolument pas rigueur pour sa mort, et ne lui en voulait absolument pas. Au contraire, il lui avait dit exactement la même chose que Peyton. A ce moment là, Sirius n’avait fait que ce qui était le mieux pour protéger son meilleur ami, et il ne pouvait pas prédire ce qui se passerait. Alors que Sirius continuait de s’excuser, James l’avait même disputé, lui disant que c’était du passé, et qu’à présent, il voulait juste profiter de sa nouvelle vie avec sa femme, son fils, et ses meilleurs amis. Quant à Remus… Et bien il avait tout fait pour que Sirius se sorte enfin cette idée de la tête mais rien à faire, elle était encrée trop profondément en lui. Après tous, il avait subit les pires souffrances en se convainquant lui-même qu’il le méritait pour avoir causé la mort de James, Lily et Regulus. Peut-être que plus que du besoin de se faire pardonner, Sirius avait besoin de donner un sens à toute cette partie de sa vie qu’il aurait préféré effacer, supprimer à tout jamais.

Si la souffrance du passé était bien présente et ravivée à cause de cette discussion, Sirius n’en oubliait pas moins la raison pour laquelle il était là, et son petit patient de six ans. Jayden. Il avait malheureusement contracté une maladie assez rare qui ne peut se guérir que par la greffe d’un organe. Il était resté dans le service de Sirius pendant une année entière après avoir été conduit aux urgences quand on avait découvert cette petite chose fragile réfugiée sous un banc, dans le froid, affamée, et souffrant d’une sévère déshydrations. Sirius avait alors prit à coeur de s’occuper de lui pour qu’il ait au moins une personne qui s’intéresse à lui avant de quitter ce monde. Il faut le dire, quand il est arrivé, Jayden était si fragile que les médecins n’espéraient pas lui trouver une greffe avant qu’il ne meurt de la maladie. Par chance, son organise à très bien réagi à un traitement qui a ralentit la maladie juste assez pour qu’il ait la chance de se faire opérer. Sirius espérait sincèrement que cet enfant s’en sortirait, et quand il entendit Peyton lui dire que la greffe s’était bien déroulé et que pour l’instant, il ne faisait pas de rejet, il faillit l’embrasser tant il en était heureux. Ca la faisait bien longtemps qu’il ne l’avait pas été à ce point.

Un sourire sincère, le regard remplit de joie, il serra Peyton dans ses bras un très court instant, juste le temps de la remercier pour avoir veiller sur lui. S’il n’avait jamais cru en la bonne étoile, cette fois, il la remercia également. Et puis Peyton lui parla de ses craintes au sujet de Jayden. Encore une fois, elle avait raison. Il en coutait beaucoup à Sirius de l’admettre mais cet enfant était bien mieux à l’hôpital que seul, dehors. Les autorités le confiraient certainement à une famille d’accueil, mais est-ce que seulement elle serait à la hauteur et s’occuperait bien de lui ? Silencieux, Sirius continua d’écouter la jeune femme. Elle lui parlait à présent d’une idée qu’elle avait eu, et bien qu’elle ne dit pas son nom, le jeune homme comprit qu’elle envisageait d’adopter Jayden. Lui aussi, il y avait souvent pensé. Si on l’adoptait, il aurait une famille. On s’occuperait de lui, il aurait de l’amour, et un toit sous sa tête. Il n’aurait plus jamais rien à craindre, et serait un enfant heureux et épanoui. Plus de risque de le retrouver un jour de nouveau sous un pont, affamé et assoiffé parce que ce n’est qu’un enfant et qu’un enfant ne peut pas survivre tout seul, sans rien ni personne.

Il posa son regard sur la jeune femme, et se fit une réflexion qu’il s’était faite il y avait déjà bien longtemps mais qu’il n’avait pas osé dire à l’époque parce que ce n’était pas envisageable pour lui, pour elle, pour eux. « Je suis sûr que tu ferais une bonne mère. » Il sourit, plongeant son regard dans celui de la jeune femme. Elle avait toujours été si douce, et compréhensible à la fois. Et puis, elle était experte en chocolat chaud, et les enfants adorent les chocolat chauds, n’est-ce pas ? « Je t’avoue que moi aussi, j’y ai déjà pensé. J’aurai aimé ramener Jayden à la maison, mais je ne sais pas si je peux. Après tous, est-ce que je pourrai adopter seul en stipulant que les deux dernières années de ma vie je les ai passé en cavale, après douze ans passé en prison, pour finir par me faire tuer par ma cousine ? » Il avait été profondément sincère en posant cette question, mais ne laissa pas le temps à Peyton d’y répondre. Après tous, il n’était pas fait pour ça. Bien qu’il adorait Jayden, bien qu’il voulait vraiment l’aider, et qu’il aurait tout fait pour que cet enfant soit heureux, Sirius Black n’était pas fait pour être père. Il avait fait trop de mal autour de lui pour envisager prendre le risque de faire de même avec un enfant.

Il fixa le mur un bref instant, enchainant. « Mais je pense qu’il serait bien plus heureux avec toi. Je suis sûr que tu serais une mère formidable.  Peut-être même que tu l’es déjà. Enfaite, je ne sais pas vraiment ce que tu es devenu après ma mort. Remus m’a dit que tu étais devenue médico-mage, mais c’est tout. Tu as peut-être déjà une petite famille qui t’attend, et je suis certain que tu rendrais très heureuses tes enfants et ton époux, parce que tu es une personne fantastique. » Il faillit presque ajouté ‘le genre de personne que je n’ai jamais mérité’, mais s’abstenu. Encore une fois, il ne voulait pas faire penser à Peyton qu’elle lui était redevable, qu’elle aurait du l’attendre, ou autre chose. Au contraire, au fond de lui, il espérait sincèrement que la jeune femme ait rencontré quelqu’un de bien, et qu’elle ait vécu une vie heureuse avec une petite famille comme elle méritait d’avoir vécu. Il resta silencieux quelques temps, ne sachant que dire de plus. Après tous, que pouvait-il dire ? Il l’avait bel et bien abandonné, il n’avait plus son mot à dire sur les choix de la jeune femme. Et pourtant, il l’aimait peut-être encore trop pour l’entendre lui confirmer qu’elle avait refait sa vie.

code by bat'phanie

♔ ~ IfItWereReal ~ ♔


Sirius O. Black
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 45


MessageSujet: Re: But who's Susan ? ❖ Peyton Ven 11 Aoû - 2:36

But who's Susan ?

feat. sirius & peyton

L'avenir de Jayden, voilà ce qui occupait mes pensées lorsque j'étais à l'hôpital, lorsque je voyais les enfants entourés de leurs parents, aimés, choyés. Chacun attendait sagement que papa ou maman passe la porte, un petit cadeau en main, et passer une bonne journée avec eux. Ça me rendait heureuse de voir ses enfants avec les yeux brillant et le sourire au lèvre lorsque leur proche arrivait. Et il y avait Jayden. Ce petit garçon qui n'avait personne, n'avait pas le même regard que tous les autres. Personne n'avait encore passé cette porte pour lui. Et le seul qui pourrait lui procurer autant de joie lorsqu'il franchirait le seuil de cette chambre se tenait assis à mes côtés. Il était là pour lui, et Jayden dormait. Si Sirius était venu quelques minutes plus tôt, j'aurais pu voir le regard de ce petit garçon s'illuminer comme tous les autres. J'aurais pu le voir sourire comme il ne l'avait encore jamais fait. J'aurais tellement aimé voir ça. J'aurais tellement aimé voir Jayden de cette façon. Et je priais, pendant que nous discutions Sirius et moi, que l'enfant se réveille, qu'il m'appelle et que Sirius passe la porte de cette chambre. Rien n'était plus important pour moi que de voir le bonheur de Jayden. Il le méritait plus que n'importe qui. Cet enfant à qui la vie n'avait pas sourit jusqu'alors avait le droit à ses moments de bonheur à présent. Il avait le droit d'être heureux et aimé.

J'adressais un léger sourire à Sirius. Je n'avais pas la moindre idée si j'aurais pu faire une bonne mère ou non. S'il en était convaincu, je l'étais moins. Je n'avais jamais été mère, je ne savais même pas ce que tout cela impliquait. Je savais qu'il y avait des centaines de responsabilités. Mais est ce que j'en étais réellement capable ? Je n'en savais rien. Et, d'un côté, j'avais peur de ne pas être assez bien pour Jayden. J'avais tellement peur de ne pas être à la hauteur des espoirs de ce petit garçon. Il méritait peut être mieux que moi. De plus, Sirius était peut être plus qualifié dans cette tâche que moi. Il s'était certainement occupé au moins une fois du fils de James dans les peu de temps qu'il l'a connu bébé. Peut être qu'il serait un peu plus si prendre que moi, surtout lorsqu'il m'avoua que, lui aussi, avait déjà pensé à emmener Jayden, à l'adopter.

Je me figeais soudainement. Que venait-il de dire ? Je savais que Sirius avait finit par sortir de prison. Je ne sais pas comment il avait réussi cet exploit. Azkaban était la prison la mieux gardée et pourtant, je me souvenais très bien des journaux et des affiches qui traitaient de son évasion. Sirius Black avait été l'homme le plus recherché. Je pensais qu'il se cachait, qu'il tentait de survivre par tous les moyens. J'ai même pensé qu'il avait quitté l'Angleterre, qu'il était parti très loin et qu'il avait eu la vie qu'il méritait. Mais non. Il avait passé deux ans à fuir avant de … Je n'en revenais pas. Certes, ce n'était pas la première chose que l'on disait à quelqu'un lorsqu'on le revoyait au bout de je ne sais combien d'années, mais c'est quand même une information capitale qui ne pouvait pas être prise à la légère. Sirius Black était mort et j'avais continué à vivre ma vie dans l'attente, j'avais passé ma vie à me poser des questions tout en espérant avoir des réponses. Je savais qu'il n'était pas responsable de la situation, qu'il aurait préféré vivre une vie tranquille plutôt que de passer le peu de temps qui lui restait en cavale. Ce n'était pas la vie que je lui avais imaginé. Ce n'est pas la vie que j'avais espéré pour lui.

« Sirius... » Je l'avais laissé finir. Je l'avais écouté tout en pensant à comment je pourrais lui avouer que je n'étais pas au courant de sa mort sans lui hurler à la figure. Je ne pouvais pas hurler, ni crier. J'étais dans un hôpital. Et, je crois que, même en dehors de l'établissement, je n'aurais pas pu lui crier dessus. Comment pouvait-il le savoir ? Il n'avait, lui même, pas la moindre idée de ce qu'était ma vie, ni même ce que j'avais pu apprendre sur lui. « Personne ne m'attend à la maison. » Cette fois, c'était à moi de raconter ce qu'il s'était passé cette nuit là de mon côté, qu'est ce que j'avais vécu durant quelques années. Personne ne m'attendait, pas le moindre mari, pas le moindre enfant. Personne. Sauf peut être le téléphone, avec Kathleen au bout du fil qui se plaindrait de ma vie monotone et de ma solitude, que je devrais trouver quelqu'un et qu'elle pourrait nous organiser des sorties à quatre. Elle ne lâchait jamais le morceau. Mais je savais qu'à travers ses appels, elle espérait que je me sente un peu moins seule. « Tu sais, cette nuit là, quand tu m'as dit que tu me laissais un instant. Je suis restée un moment devant la maison des Potter. J'ai attendu et quand j'ai entendu les autorités arriver, je suis partie. Je ne pouvais pas restée plantée là et je me suis dit que l'on finirait par se revoir. Puis, j'ai appris pour ton sois-disant crime et j'ai refusé d'y croire. » C'était la vérité, mais ça, il aurait certainement pu s'en douter. Après tout, ne lui avais-je pas déjà dit que je l'avais toujours cru innocent ? « Je ne savais pas que Remus t'avait parlé de ma profession. Je suis devenue médicomage à la sortie de Poudlard. Je ne pouvais pas participer à la guerre et bien j'aiderais à ma manière. Voilà ce que je me suis dit. Tu sais Sirius, je n'ai pas seulement fait qu'attendre ton retour devant la maison des Potter cette nuit là, je crois que j'ai toujours espéré que tu reviennes. Je me suis concentrée uniquement sur mon travail, au plus grand désespoir de Kathleen. Tu l'as connais après tout, elle et sa volonté de me trouver quelqu'un. » Un sourire amusé s'afficha sur mon visage. Je voyais Kathleen passer en revu les médicomages de Sainte-Mangouste, me demandant comment je le trouvais physiquement, m'informant qu'il n'était pas marié, que l'un d'entre eux me lançait certains regards. Et rien de ce qu'elle pouvait me dire ne me fit changer d'avis. Je suis restée seule. « Puis j'ai appris pour ta sortie de prison... Enfin, ton évasion. Puis, je ne savais pas ce que tu étais devenu, du moins, jusqu'à aujourd'hui. J'ai continué m'occuper uniquement de mon travail, me demandant ce que tu devenais, ce qu'il se passait dans ta vie. J'étais loin de me douter que tu avais été... Tué. » J'avais encore du mal à l'admettre. Il était mort quand je pensais qu'il pouvait vivre heureux.
made by guerlain for epicode

♔ ~ IfItWereReal ~ ♔

 
Would it be so hard to let yourself feel something ? Would it be so strange to let yourself go ? Would it be such a drag just to finally let somebody get inside ? Your lonely life.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Sac à puces

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 157


MessageSujet: Re: But who's Susan ? ❖ Peyton Ven 11 Aoû - 3:15



But who's Susan ?
You still make me nervous when you walk in the room.

« Je suis désolé. » Ce sont les seuls mots que Sirius réussit à prononcer. Voilà encore une vie qu’il avait gâché. Il n’avait pas prévu ce qui c’était passé, mais il était bien la cause de cette absence avec laquelle Peyton a du vivre toute sa vie. Que pouvait-il dire de plus que ‘je suis désolé’ ? Il aurait aimé qu’une seule personne lui dise qu’il avait fait le bon choix, mais rien n’y faisait. Il faisait toujours le choix qui causait de la tristesse et de la souffrance. Etait-ce une façon inconsciente de faire ressentir au monde entier sa détresse ? Non. Il était seulement maudit. Certaines personnes ne sont pas faites pour aimer et être aimées. Il aurait du comprendre il y a bien longtemps qu’il faisait partit de ces personnes. Dire que, égoïstement, il s’était prit à penser qu’il pourrait retrouver au moins l’amitié qu’il avait avec Peyton. Non, il ne le méritait pas. Il ne méritait pas la vie qu’il avait eu. Sirius se releva pour aller se rassoir face à la porte de Jayden. Voilà encore une personne qui finirait par souffrir à cause de lui, alors autant décider maintenant qu’il n’était plus question de l’adopter. Peyton saurait être une meilleure personne pour ça.

Néanmoins, il ne laissa pas transparaitre ce qu’il ressentait, et garda un sourire sur son visage à mesure que son coeur se brisait en entendant que Peyton l’avait attendu jusqu’à ce jour. Il était tant de prendre des distances, mais de toute évidence, il ne fallait pas le faire comme il l’aurait fait dans sa folle jeunesse à Poudlard. « Toute façon, je n’ai jamais aimé Bellatrix, tu sais. Elle a toujours été incroyablement étrange. Si tu veux mon avis, elle a tué plus d’un de ses elfes de maisons. Et puis son mariage ridicule ! Laisses moi rire. Il n’y a jamais eu d’amour entre ces deux là… Je me souviens, quand ma mère me forçait encore à aller à des repas de famille, ils étaient encore plus distants que si la Lune qui voudrait essayer de saluer le Soleil. Une vraie garce. Pardon, c’est une insulte ? Oh et puis j’ai bien le droit, non ? » Il sourit un peu plus, amusé par ses propres propos. Il n’avait fait que dire la vérité. Bellatrix Lestrange était une véritable garce. « Si tu veux mon avis, Bellatrix était follement amoureuse de Voldemort. C’est pour ça qu’elle n’a jamais eu d’enfant ! » Qui aurait pu avoir un enfant avec une folle, une psychopathe, et une garce après tous ?

Le jeune homme posa le regard sur la poignée de la porte. Il avait espéré que Peyton rirait au moins un petit peu de ses commentaires. Ce n’était pas un sujet de moquerie, ou de plaisanteries, mais qu’allait-il faire d’autre ? « Je pensais que tu étais au courant. Après tous, à l’époque, tous mes faits et gestes étaient publié dans les journaux. Je suis désolé que tu l’apprennes comme ça, et je suis désolé d’avoir causé de l’absence, et peut-être même de la tristesse. Je suis là, maintenant, et je compte aller nul part. Puis si cette garce de Bellatrix se pointe devant moi, j’hésiterai pas un seul instant à la transformer en morue. Elle serait toujours plus belle que ce qu’elle est… » Plus jeune, Sirius et Bellatrix avaient été souvent ensemble, et si le jeune homme avait eu une période sombre, il n’avait jamais aimé sa cousine. Elle était bien trop extrême. Déjà, à l’époque, elle avait des tendances psychopathes. Si le jeune homme était persuadé des dires de ses parents, contrairement à sa cousine, il n’aurait jamais été capable de tuer un moldu juste pour s’amuser ou parce qu’il n’est pas un sorcier. Après tous, ils restaient des êtres vivants. En grandissant, la différence d’idéologie a causé un véritable faussé entre les deux cousins. Ils ne s’étaient pas reparlé depuis des années le soir où Bellatrix tua Sirius.

Sirius porta son regard à la jeune femme. S’il était partit s’assoir plus loin, c’était pour ne pas succomber à l’idée d’être égoïste comme il l’avait trop souvent été. Il ne voulait pas faire plus de mal à Peyton. Il était temps qu’elle vive sa vie même si ça veut dire qu’elle la vive loin, et sans lui. Pourtant, il ne pouvait pas la laisser être triste dans son coin, et si elle avait envie de crier, de hurler, ou de pleurer, il serait là. Il la soutiendrait. Le jeune homme devait maintenant mérité le pardon de son ancienne amante à même titre qu’il espérait un jour mérité celui de son meilleur ami ou celui de son ancien camarade. « Dis, tu penses vraiment à adopter ce petit ? Il est resté un an, peut-être plus, dans mon service, à attendre chaque jour qu’un médecin lui dira qu’il n’allait pas mourir, alors s’il te plait, ne lui donne pas d’espoir si ce n’est pas ce que tu veux. C’est la seule chose que je te demande. Je sais, je suis mal placé pour le faire. Toi aussi, j’ai peut-être gâché une partie de ta vie, mais… Je te l’ai dit, je tiens beaucoup à lui, alors s’il te plait, ne lui donnes pas de faux espoirs. » Et puis, alors qu’il envisageait de repasser un peu plus tard, la lumière au dessus de la chambre du patient s’alluma, signifiant qu’il appelait une infirmière. Sirius se releva d’un bond, attendant l’arrivée de Peyton pour enfin pour voir Jayden.

code by bat'phanie

♔ ~ IfItWereReal ~ ♔


Sirius O. Black
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 45


MessageSujet: Re: But who's Susan ? ❖ Peyton Ven 11 Aoû - 4:03

But who's Susan ?

feat. sirius & peyton

Il n'avait pas à être désolé. J'avais choisi cette vie. D'autres filles seraient peut être passées à autre chose. Ce n'était absolument pas mon objectif premier. Tout ce que j'avais espéré, c'était lui laisser une chance. Après tout, je l'avais déjà imaginé en train de vivre sa vie avec une autre. Alors, rien qu'à cette idée, j'aurais pu tourner la page, trouver quelqu'un et faire ma vie. J'aurais pu faire les sorties à quatre que me proposaient Kathleen. J'aurais pu faire toutes ces choses que vont les personnes en couple : se tenir par la main, aller au restaurant ou au cinéma, peut être même me marier et avoir des enfants. Rien ne me l'empêchait. J'avais choisi de vivre autrement. C'était ma décision. Personne ne m'avait imposé ce choix. Même si j'avais été seule, ça ne veut pas dire que je n'ai pas été heureuse. Je l'ai été à ma manière. Et cette situation me convenait très bien. Si jamais j'avais eu envie d'en changer, je l'aurais fait. Aujourd'hui, je pense même avoir fait le meilleur choix. Imaginarium m'avait permis de retrouver Sirius. Et que lui aurais-je dit si j'avais refait ma vie ? Aurais-je eu le courage et la force de le regarder dans les yeux et le lui dire ? Je ne pense pas. Sirius avait été le seul qui ai réellement eu son importance dans ma vie sentimentale. Même si ça n'avait pas toujours été facile, je n'aurais jamais pu décrire ce qu'il se passait en moi lorsque je me trouvais à ses côtés à Poudlard. J'avais réussi à voir l'homme qui se cachait derrière une réputation qu'on lui donnait. J'avais réussi à connaître le véritable Sirius Black. Et c'était lui, son histoire, sa vie, sa façon d'être qui m'avait le plus touché.

Lorsqu'il s'était levé, j'avais peur de le voir s'en aller une nouvelle fois. Sirius avait toujours été doué pour éviter ce qui lui faisait le plus de mal. Mais ça seule réaction fut de s'asseoir en face de la porte de Jayden et de dire quelques plaisanteries sur sa cousine. J'avais appris à le connaître, à savoir qu'il pouvait me cacher son mal être. Il se sentait certainement responsable de ma situation. Et j'avais envie de lui dire que ce n'était pas le cas, mais je ne pouvais pas. Pas maintenant qu'il essayait de changer de sujet en me parlant de sa cousine. Et pourtant, il retrouva vite son sérieux. Ou presque. Il ne pouvait pas s'empêcher de me parler de sa cousine et de sa petite vengeance personnelle. Je ne pouvais m'éviter de sourire à cette idée. Et ce fut à mon tour de retrouver un certain sérieux. « Tu n'as pas à être désolé. J'ai choisi cette vie. Tu ne me l'as pas imposé. Et ça ne veut pas dire que j'ai souffert ou que j'ai été malheureuse durant toute ma vie. Tu n'as pas à t'en vouloir de mes propres choix. » Je voulais me montrer sincère avec lui, tout comme il l'avait été avec moi quelques instants plus tôt. Tout ce que je lui disais avait une réelle importance. Je ne voulais pas qu'il se sente coupable alors qu'il ne m'avait jamais imposé cette vie. Peut importe les plaisanteries qu'il pouvait faire, je commençais à savoir ce qu'il avait derrière la tête.

Enfin presque. Après tout ça, je ne m'attendais pas à ce qu'il me reparle de Jayden. Je m’apprêtais à lui répondre lorsque la petite lumière s'alluma. Tout comme Sirius, je m'étais levée d'un bond. Et ça me parut comme une évidence à ce moment là. Je savais très bien ce que je devais faire. Je m'étais très peu souvent imposée de la sorte, pourtant, cette fois, il fallait réellement que ça change. Alors, au lieu de me précipiter vers la porte, je me dirigeais vers Sirius. « Je te promets que tu vas entrer dans cette chambre. Tu vas le voir, c'est promis. Mais, avant que tu ne passes le seuil de cette porte, il faut que je te réponde. Je ne suis pas certaine d'y arriver. Je ne sais pas si je ferais réellement une bonne mère comme tu sembles le penser. Et je ne sais même pas si je serais à la hauteur de ses attentes. J'ai envie d'essayer, mais je ne pourrais pas le faire toute seule. Alors, s'il te plaît, je te demanderais une seule chose à mon tour, adopte-le avec moi cet enfant. Tu y tiens, ça se voit, tu comptais toi aussi l'adopter et... Je sais que tu pourrais être un bon père pour lui. » Je m'arrêtais. Peut être que je rêvais un peu trop. Il fallait que je reprenne mes esprits. « Combien de fois il a regardé par dessus mon épaule. Je sais maintenant qui il attendait. Alors entres, vas le voir. Je sais très bien que c'est moi qu'il appelle en ce moment même, il veut juste quelqu'un auprès de lui à chaque fois qu'il se réveille, qu'on lui donne un verre d'eau et qu'on discute un peu avec lui. Je crois que, tu peux aller le voir seul. Je vais rester dans le couloir au cas où. Mais, je pense qu'il a plus besoin de toi en ce moment même. » Je lui souriais avant de m'éloigner et lui laisser le champ libre pour enfin franchir le seuil de cette porte. Après tout, n'était-il pas venu pour ça, pour le voir lui ?
made by guerlain for epicode

♔ ~ IfItWereReal ~ ♔

 
Would it be so hard to let yourself feel something ? Would it be so strange to let yourself go ? Would it be such a drag just to finally let somebody get inside ? Your lonely life.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Sac à puces

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 157


MessageSujet: Re: But who's Susan ? ❖ Peyton Dim 13 Aoû - 14:31



But who's Susan ?
You still make me nervous when you walk in the room.

Sirius resta un instant, hésitant, à fixer la jeune femme devant lui. Avait-elle bien prononcé ce qu’il pensait ? Envisageait-elle vraiment de le faire ? Soudainement, il se prit à réfléchir plus vite qu’il ne l’aurait fait dans le passé. Si Peyton lui avait proposé d’adopter un enfant aussi adorable et méritant de l’amour que Jayden il y'a plusieurs années en arrière, lorsqu’ils vivaient encore leurs premières jeunesses, il aurait sans doute dit oui, sans réfléchir, sans se poser la moindre question, et convaincu que ça fonctionnerait. Seulement, Sirius a changé. Le temps a passé, et il a comprit la responsabilité qu’il y avait à prendre quand on voulait vraiment s’occuper d’un enfant. L’ancien Gryffondor avait sincèrement essayé de s’occuper d’Harry. Il lui avait même proposé de venir habiter avec lui dans une ferme loin de tous ses problèmes. Seulement, ce n’était pas réaliste, et il ne pouvait pas aller et venir de Poudlard à Londres sans se faire remarquer. Etant le criminel le plus rechercher du monde des sorciers à l’époque, il fallait qu’il se fasse discret. Ainsi, il avait débuté tout un système d’échange et d’interaction avec son filleul qui lui permit d’avoir contacte avec lui jour et nuit. Chaque fois qu’Harry avait un problème, Sirius faisait vraiment de tous son possible pour l’aider.

Ainsi, lorsque Harry tomba dans le piège de Voldemort, Sirius n’hésita pas une seule seconde à aller à son secours et y laissa la mort sans pouvoir le sauver. Il était impuissant, laissant son filleul seul, sans famille, sans personne, à la merci du sorcier le plus dangereux de son temps. Est-ce qu’il regrettait ses choix ? Non. Si cette fois il avait empêché Bellatrix de tuer Harry, il en était heureux. Cependant, il ne pouvait s’empêcher de penser qu’il avait abandonné Harry en mourant ainsi. Après une ou deux longues minutes de silence, Sirius plongea son regard dans celui de Peyton. « Tu sais, j’ai toujours rêvé d’avoir une vie de famille parfaite, et je ne peux pas te dire que je n’ai pas très envie de te dire oui, mais Jayden mérite qu’on y réfléchisse vraiment, tu ne crois pas ? Si on allait droit dans un mur, qu’est-ce qu’il deviendrait ? Au fond de moi, je sais que je t’ai toujours aimé, mais je ne veux pas me précipiter pour quelque chose d’aussi important alors qu’on vient à peine de se revoir. Je ne suis même pas sûr qu’on puisse lui promettre un avenir où on serait une famille tous les trois, bien que j’aimerai vraiment que ce soit le cas, alors s’il te plait, donnes nous seulement du temps si c’est vraiment ce que tu veux. » Peut-être n’avait il jamais été aussi sincère avec la jeune femme qu’il venait de le faire.

Il sourit doucement, s’apprêtant à passer le pas de la porte. « J’habite à Frontierland, si tu ne changes pas d’avis, passe moi voir. A bientôt. » Sans rien ajouter de plus, Sirius pénétra dans la chambre du petit garçon encore à moitié endormi, souriant. Il était heureux de savoir que les choses iraient mieux pour lui, et de pouvoir le constater de ses propres yeux. Il vint s’assoir à côté de l’enfant qui sourit grandement en le voyant arriver. « J’ai entendu dire que tu m’as attendu, je t’ai manqué ? » Il passa ensuite une partie de son après-midi à raconter des histoires et écouter le petit Jayden lui parler des jours qu’il avait passé à l’hôpital et combien l’infirmière Peyton avait prit grand soin de lui.

code by bat'phanie

♔ ~ IfItWereReal ~ ♔


Sirius O. Black
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: But who's Susan ? ❖ Peyton

Revenir en haut Aller en bas
But who's Susan ? ❖ Peyton
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Peyton du Vallon
» TT 2014 - Effet "Monster" - #8 - Trophée Susan Jenness
» Exceeeeeellllllent !!!!
» Le Topic des plus belles femmes au monde
» entrainement , jeudi 4 août à 18h

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
If It Were Real :: Imaginarium :: Frontierland :: Hospital-
Sauter vers: